Histoires de Kisaeng, T.1 La Barque du destin

Publié le par Finette

L'histoire se déroule dans une Corée médiévale et plus particulièrement à Songdo.Deux fillettes âgées de 11 ans, Beodeul et Hyongeum, sont confiées à Choseon, une kisaeng ( l'équivalent coréen des Geishas) afin d'en faire des apprenties courtisanes. Celle-ci décide qu'après un mois d'essai, elle n'en gardera qu'une.
Beodeul et Hyongeum sont très différentes. Beodeul vient d'une famille modeste. C'est une petite délurée, très dégourdie, fouineuse, une ambitieuse qui rêve de luxe et d'argent . C'est aussi la moins jolie des deux fillettes.
Hyongeum est issue d'une famille noble mais ruinée. Elle est très gracieuse, timide, réservée, discrète,  assez triste et  fait souvent preuve de bon coeur. 
Choseon  - qui fut autrefois considérée comme la plus grande courtisane de Songdo- tente donc de leur enseigner son art. Il requiert grâce, élégance, subtilité, séduction, délicatesse, discrétion, discipline...
L'apprentissage sera difficile et long.
Beodeul n'en fait qu'à sa tête et commet plusieurs bêtises auxquelles est souvent associée la douce Hyongeum, alors qu'elle n'y est pour rien. Après une énième bévue de Beodeul, Choseon décide d'abandonner les deux fillettes à leur sort. Beodeul choisit de partir seule à l'aventure et d'accomplir sa destinée. Hyongeum va implorer le pardon de Choseon qui va accepter de la reprendre.
Avant de se quitter, les deux fillettes, qui vont suivre un chemin différent, parient qu'elles deviendront les plus grandes kisaengs...


J'ai tout de suite plongé avec délice dans cette bande dessinée où se mêlent poésie, humour, romantisme et sensualité.
La poésie est omniprésente, elle apparaît dans les titres des chapitres, dans les comparaisons des femmes avec les fleurs ou les papillons, dans les métaphores employées, dans le langage, dans le préambule de l'auteur. En outre, Quelques poèmes supposés écrits par des kisaengs précédent les  différentes parties de la bande dessinée.
L'humour surgit par petites touches et notamment à travers le personnage de Beodeul.
Toute l'histoire est imprégnée d'une atmosphère sensuelle voire parfois érotique...
Enfin, cette bande dessinée renseigne sur les codes de séduction, les rituels et les moeurs des coréens à une époque féodale.

Les illustrations, en noir et blanc, sont en harmonie avec le texte, poétiques et gracieuses.
Une belle découverte qui me donne envie de lire les deux tomes suivants.

" Ne va pas croire que les courtisanes sont des gueuses qui ont choisi cette voie par désespoir.
Nous représentons la quintessence de la féminité et notre art fait la part belle au savoir-vivre, au chant ainsi qu' à la danse...Mais c'est un apprentissage long et difficile qui dure toute une vie."

Réplique de Dame Choseon à l'adresse de Hyongeum

" Viens à moi en songe, mon bien-aimé,
qu'importe si c'est une chimère
tu me manques tant que je saurai m'en contenter."
- une kisaeng de Suwon-


Histoires de Kisaeng, T.1, La Barque du destin, Kim Dong Hwa ( Editions Paquet, 2007)


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jean-François 18/12/2008 22:55

Tiens il me tente celui là...

Finette 18/12/2008 23:00



Si tu te laisses tenter, j'espère qu'il te plaira autant qu'à moi.
Je suis frustrée, ma bibliothèque ne dispose pas des tomes suivants, il faut que je sois patiente...
Au fait, bienvenue sur mon blog Jean-François et j'espère à bientôt. 



saxaoul 31/08/2008 20:15

Ce livre me fait un penser à Geisha d'Arthur Golden.

Finette 31/08/2008 21:34


Oui, c'est vrai! Moi aussi, j'ai lu ce livre qui m'avait beaucoup plu.
En revanche, je n'ai pas vu l'adaptation au cinéma.