L'instant où tout a basculé

Publié le par Finette


Vous êtes certainement nombreux  à connaître Sylvain Augier, animateur télé de la formidable émission " Faut pas rêver" et de la mythique " Carte aux trésors".
Moi-même, j'avais gardé en mémoire ces deux émissions et l'image d'un homme très souriant, poli, gentil et lisse ainsi que celle d'un passionné de sports extrêmes et d'aviation.
La lecture de ce récit autobiographique m'a permis d'en apprendre davantage sur lui, sur son parcours professionnel très riche et dense et surtout sur le drame qu'il cachait derrière ses sourires.

Ce n'est pas à la télé que Sylvain  Augier a débuté mais à la radio pour laquelle il avait une véritable vocation. Il a animé différentes émissions avec succès et ce n'est que plus tard qu'il est arrivé à la télévision avec les deux émissions précitées mais aussi avec " La Une est à vous" ou bien encore des chroniques pour Drucker ou Gildas.

Son père, avec lequel il communiquait très peu et entretenait des rapports difficiles, aurait espéré pour lui un avenir tout autre...Mais Sylvain a fait fi des ambitions de son père et ,tenace, est allé frapper aux portes de La Maison de La Radio. Il a gravi, peu à peu, différents échelons pour obtenir ses propres émissions.
Dans les années 1980, il est une star montante du petit écran, il mène de front travail à la télé et travail à la radio, il mord la vie à pleines dents et l'avenir semble lui sourire.

Pourtant, Un jour d'été 1988, tout bascule et la vie de Sylvain ne sera plus jamais la même. Il réchappe miraculeusement à un terrible accident de parapente, mais il a un pied dans un état si déplorable que les médecins préconisent l'amputation. Sylvain refuse et demande à un grand chirurgien de l'opérer. Il gardera donc son pied mais, suite à une complication, il devra subir différentes opérations très lourdes et de longs mois de rééducation.
Dés son accident, la douleur est insupportable, on lui administrera donc des anti-douleurs, des calmants dont il ne pourra plus se passer et qu'il avalera par poignées. Et puis un jour, il gravira un stade supérieur et un " médecin"  ou plutôt un dealer en blouse blanche lui offrira tout d'abord  gracieusement de la morphine de synthèse, qu'il finira par lui faire payer.
Sylvain a continué de travailler malgré une douleur indicible, il a tenu en se droguant et il a parfaitement su cacher à tous ses souffrances, son immense désarroi et sa dépression derrière ses sourires...Un jour, sa femme se rend compte qu'il ne va vraiment pas bien, Sylvain lui avoue tout  et grâce à son soutien, il arrête de se droguer du jour au lendemain. Depuis, il réapprend à vivre avec la douleur, à l'accepter puisqu'elle fait partie intégrante de son quotidien. Il a été aidé en cela par une psychiatre et par un homme, Pierre, qui l'accompagne dans un chemin spirituel.

En acceptant de recevoir gracieusement ce livre de "Chez les filles", je pensais lire un témoignage de célébrité comme j'en avais déjà lu mais j'avoue que j'ai été très agréablement surprise.
J'ai accepté cette offre car j'avais vu Sylvain Augier dans une émission où il venait faire la promo de son livre. J'ai trouvé qu'il n'avait pas eu assez la parole et  ma curiosité n'ayant pas été satisfaite, j'ai eu envie de lire ce livre et  je ne regrette pas.
C'est bien écrit, bien construit, l'écriture est fluide et on apprend une foule de choses sur le parcours de cet homme : un parcours professionnel extrêment bien rempli et varié.
Sylvain Augier raconte aussi l'histoire de sa famille. Il est issu de la bourgeoisie toulousaine, il est très proche de sa mère avec laquelle il entretient une relation  assez fusionnelle. On sent que c'est quelqu'un de très attaché à ses racines et à sa terre natale.
J'ai trouvé que c'était quelqu'un de très lucide sur la vie en générale. Il a conscience d'avoir eu une existence de privilégié. Durant son enfance et son adolescence, il n'a manqué de rien sauf de communication et d'affection paternelles. La radio et la télé lui ont également beaucoup donné. Il a rencontré des personnalités extraordinaires notamment Soeur Emmanuelle.
En outre, lorsqu'il critique des noms de la télévision comme Georges Pernoud ou Yves Mouroussi, il nuance toujours ses propos en reconnaissant les qualités professionnelles de ces deux hommes. Ce n'est pas quelqu' un d'aigri, ni de revanchard vis à vis de ceux qui ont pu lui tourner le dos.
Une personnalité  donc très intéressante, attachante, sensible, tenace, un homme curieux de tout, boulimique de la vie livre ici une grande leçon de courage et d'espoir pour tous ceux qui souffrent physiquement et moralement.

Seuls bémols : Le titre trop réducteur et raccoleur par rapport au contenu du livre et qui manque totalement d'originalité.
Enfin, j'aurais aimé que l'auteur développe davantage de quelle façon il gère sa douleur notamment  par la voie de la spiritualité.

Un grand merci à Chez les filles pour l'envoi de ce livre!

L'avis de Géraldine ICI et une interview de Suzanne de "Chez les filles" à ne pas rater !

L'instant où tout a basculé, Sylvain AUGIER ( Carnets Nord, 2008)

Publié dans Documents- Essais

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Soie 16/02/2009 10:37

Je partage ton avis, et c'est vrai que le titre n'est pas judicieusement choisi. ça fait un peu "sensationnel" alors que le livre explore bien au delà .

Finette 16/02/2009 10:57



Le récit est très dense et intéressant, on y apprend beaucoup de choses sur Sylvain Augier mais le titre est un peu trop racoleur à mon
goût.



Annie R 14/02/2009 16:11

j'ai terminé le livre .Il m'a bien plu ,mais après tes commentaires je ne sais quoi dire de plus...

Finette 14/02/2009 17:20



C'est un récit très touchant qui semble être apprécié par l'ensemble des gens qui l'ont lu ( en tous les cas ceux de la blogosphère). Je ne regrette
vraiment pas l'offre de Suzanne.



pom' 04/02/2009 11:11

j'ai été aussi solicité, un bon moment de lecture

Finette 04/02/2009 12:48



Bienvenue sur mon blog, pom'!
Je vais aller lire ton article.



Géraldine 30/01/2009 11:51

Merci pour la pub !!!!

Finette 02/02/2009 10:57



De rien, Géraldine! :)
J'ai aimé ton article sur "l'instant où tout a basculé " et ton interview de Suzanne est vraiment très intéressante.



mariangela 29/01/2009 18:14

ti leggo sempre volentieri, Delphine e se verrai a Milano sarò lieta di farti conoscera la mia città! e complimenti per il tuo buonissimo italiano!

Finette 30/01/2009 11:29



Mariangela m'écrit : " Je te lis toujours avec plaisir, et si tu viens à Milan, je serai très heureuse de te faire connaître ma ville! Et mes compliments
pour ton italien qui est très bon!"

Ma réponse : Merci pour ta gentillesse et tes compliments! :)
Tu vas me faire rougir!