La femme du monstre

Publié le par Finette

Simon Darget, un quadragénaire marié et père de deux enfants, est arrêté et reconnu coupable du viol et du meurtre sauvage d'une adolescente.
La narratrice, sa femme, raconte 16 ans de vie commune et le procès de son mari auquel elle assiste en tant que témoin.
Simon Darget semblait mener une vie ordinaire et tranquille. Cependant, très rapidement, le récit de sa femme rend compte d'un homme violent physiquement et verbalement, instable professionnellement, menteur, infidèle, pervers sexuel...
Dés leur premier rencontre, cette femme qui était  alors toute jeune et qui affichait quelques années de différence avec son futur mari, s'est laissée berner et abuser par cet homme séduisant et beau parleur.
On pourrait penser qu'elle éprouve de la haine pour cet  individu horrible qui lui a rendu la vie insupportable...Mais, au contraire, elle normalise tous les comportements et propos de son mari, allant jusqu'à lui trouver des excuses sur des attitudes inacceptables.
Pire encore, elle a fermé les yeux sur des éléments et indices qui auraient pu permettre d'inculper son mari sur d'autres viols et crimes ayant eu lieu dans différentes régions où ils ont résidé.
Finalement, on s'aperçoit que cette femme est aussi monstrueuse et malsaine que son mari même si elle,n'a pas commis de crime. On ne peut pas éprouver de pitié pour elle ou si peu. Elle est mesquine, bête, raciste, impitoyable avec son entourage ( hormis avec son mari et ses enfants), parfois manipulatrice quand elle attise la colère de son mari pour qu'il aille régler leur compte à des voisins.
Elle ment lorsqu'elle est entendue par les enquêteurs, elle cache la véritable personnalité de son mari.
Le procès lui permet  d'exister et de s'octroyer le rôle et le statut de victime, elle joue l'épouse qui n'a jamais rien eu à reprocher à son mari et qui est tombée des nues lorsqu'elle a appris qu'il était reconnu coupable de viol et de meurtre.
On comprend qu'elle voulait , pour elle, préserver un bonheur illusoire.

Ce livre met mal à l'aise parce que cette femme est aussi abjecte et répugnante que son mari et  elle nous prend à parti, nous lectrices, et à de nombreuses reprises. Elle relate les faits et gestes particulièrement  répugnants de son mari et finit toujours par nous dire " mais c'est tout à fait normal, mesdames" ou " vous serez d'accord avec moi" alors que non, pas du tout, ce qu'elle nous raconte est terrifiant , écoeurant et inqualifiable.
J'ai beaucoup aimé ce roman très bien écrit et construit, extrêmement prenant et dérangeant. L'histoire m'a fait froid dans le dos ( la première de couverture également!) et j'y ai repensé et j'y repense encore depuis la fin de ma lecture.

La femme du monstre, Jacques Expert (Anne Carrière, 2007)

Commenter cet article

Yv 21/11/2008 19:58

J'aime bien que mes lectures me dérangent parfois, donc pourquoi pas celui-ci. Je note.

Finette 22/11/2008 12:13



Ah, enfin quelqu'un qui a envie de lire ce roman! :) Moi aussi, j'aime bien être dérangée et "
bousculée" par des lectures.


 


 



Ori 20/11/2008 15:42

Rien que la couverture me traumatise, alors c'est pas pour moi! gloups!

Finette 20/11/2008 16:08



Moi aussi, elle me traumatise! Elle colle complètement à la personnalité de la narratrice : inquiétante, dérangeante et effrayante!



maud 20/11/2008 12:06

Cette  histoire me fait penser au fait divers des époux Fourniret. Au moment du proçès, le thème des femmes de psychopathes avait beaucoup été abordé. C'est très intéressant je trouve. Par contre, là j'aurais pas trop le courage de lire un livre comme ça, peut être plus tard, je tiens à mes nuits de sommeil paisibles...

Finette 20/11/2008 12:31


Moi aussi ça m'a fait penser aux Fourniret.
Ce roman est vraiment bien mais il est pesant. J'avais un peu peur quand je le lisais le soir...:)


Florinette 19/11/2008 19:07

Je préfère passer, ce livre est bien trop gore pour moi !

Finette 19/11/2008 23:16


Ce n'est pas un livre gore mais les deux personnages, par leur monstruosité, mettent vraiment mal à l'aise et dérangent.


saxaoul 19/11/2008 13:34

Je passe. Ce genre de livre, c'est pas pour moi... Pas envie de faire des cauchemars et de me sentir mal après.

Finette 19/11/2008 17:59


Je comprends que cette histoire puisse rebuter. Après avoir fini la lecture de ce roman, j'avais envie de légèreté.